D/ Capteurs

E/ Armement et emports

    Si le Rafale devait faire toutes les missions, il est évident qu'il allait lui falloir toutes les armes, existantes et à venir. Si possible, il devait pouvoir les emporter le plus loin possible. Idéalement, il devait même savoir les utiliser toutes dans le même vol.

    Le Rafale est doté de 14 points d'emport (13 pour le M), dont 5 humides (pour porter des réservoirs supplémentaires), 3 pour les charges très lourdes (Scalp, réservoirs de 2000L). Il dispose avec cela de la possibilité d'emporter plus de 8 tonnes de charges militaires (9,5t), ou 6,8 tonnes de carburant en externe (s'ajoutant au 4,7 tonnes en interne).

    L'ensemble des points d'emport respectent les standards Stanag en vigueur et le SNA (Système de Navigation et d'Attaque) de l'avion est évolutif, afin de pouvoir monter aussi bien les armes existantes que celles à venir  et les armes étrangères (OTAN). Ainsi, n'importe quelle munition est facilement intégrable.

1) Giat 30M791 B

    La première arme du Rafale est le canon Giat 30 M791 B de 30mm. Ce canon à barillet a une cadence de tir de 2500 coups à la minute, atteinte immédiatement (contrairement aux canons gattling). Cette cadence n'est que d'un sixième inférieure à celle des deux canon DEFA 553 du Mirage F1 tirant ensemble (3000cps/min), mais l'obus quitte le canon à une vitesse supérieure (1025m/s pour le 791 contre 800m/s pour le 553, s'ajoutant bien sûr à la vitesse de l'avion). Cette arme offre donc une cadence de tir extrêmement élevé pour un monotube, offrant une excellente efficacité en combat aérien très rapproché (moins de 500 mètres), combiné à une forte énergie cinétique des obus. Pour les attaques d'objectifs terrestres, ou les cibles navales non protégées, la cadence de tir peut-être réglée à une valeur inférieure, 300, 600, ou 1500 coups par minute. La longueur des rafales est normalement d'une demi-seconde (ce qui représente 21 coups à la cadence maximale, soit 1kg d'explosif), mais des rafales de une seconde, ou libres peuvent être choisies. Le canon est actionné électriquement, et sait se débarrasser automatiquement des cartouches défectueuses en marquant un léger temps de sécurité. Lors de chaque tir, l'effort de recul est inférieur à 2700 daN. Il pèse environ 120kg, et est armé de 125 munitions, de type OPIT (Obus Perforant Incendiaire Traçant) pour la plupart des missions (cartouche polyvalente). Bien entendu destiné aux deux missions, il est calé à 0° dans l'axe de l'avion.


2) Le Mica

    L'arme de supériorité aérienne par excellence du Rafale est le MICA (Missile d'Interception, de Combat et d'Auto-défense). C'est un missile de moyenne portée, de 112kg, qui remplace deux missiles à la fois : le Super 530D, et le Magic II. Il peut être lancé sur rail jusqu'à 9g (ailes) ou par éjecteurs pneumatiques jusqu'à 4g (fuselage). Il est multi-cibles et tire-et-oublie (fire and forget). Son propulseur à forte impulsion peut l'accélérer à la vitesse de l'avion augmentée de mach3,5, et ses tuyères orientables lui permettent de virer sous 50g. Il a une portée de plus de 80km. Il émet relativement peu de fumée (difficile à repérer) et sa propulsion est courte.  Le guidage du missile est assuré par deux têtes parfaitement interchangeables sans réglages, et valant l'une et l'autre en combat rapproché comme en BVR (Beyond Visual Range-au delà de la portée visuelle, plus de 20km) :

Les deux têtes interchangeables du Mica, à gauche EM, à droite IR (photo MBDA)
    Le missile dispose d'une référence inertielle : elle permet au missile de se diriger de lui même sur un point de rendez-vous avec la cible, renseigné avant son lancement.
    Le missile a quatre modes de tir :
    Le Mica IR offre une particularité : il est totalement passif. Son lancement est le seul instant pouvant trahir sa présence. Par ailleurs, la double dualité (double tête double emploi) du missile en font une arme particulièrement difficile à leurrer ou brouiller, car il est difficile de gérer des menaces EM et IR en même temps. Il a été dit par le constructeur que le Mica est approximativement équivalent à l'AMRAAM, mais est bien meilleur en phase finale.


3) Le Meteor

    A partir de 2012, le Rafale sera également à même d'utiliser le Meteor. Ce missile de très longue portée, de 185kg, propulsé par statoréacteur aura la particularité de permettre des tirs à plus de 100km (max 150km), tout en conservant sa vitesse de plus de mach4 sur toute la longueur de son vol, y compris en phase finale, le rendant ainsi particulièrement dangereux même de très loin. Il utilisera comme autodirecteur une version améliorée de l'AD4A du Mica EM.

    Mica et Meteor se complèteront, le Meteor étant capable d'aller plus loin que les 80km du Mica.


4) L'AASM

    L'AASM (Armement Air-Sol Modulaire) est un concept d'arme révolutionnaire. Son modèle de base est en fait une bombe Mk82 (~250kg) dotée d'un kit de propulsion et d'un kit de guidage.

    Ce kit de guidage, dans un premier temps, sera INS/GPS (inertiel et GPS). L'ensemble pesant 340kg est donc à même de se diriger de façon parfaitement autonome sur les coordonnées (fixes) d'une cible, indépendamment de la météo, à des portées de 50km pour les tirs en HA (Haute Altitude), ou 15km en BA (Basse Altitude), pour l'atteindre avec une précision décamétrique. En cas de brouillage de son GPS, c'est sa centrale inertielle qui assure la trajectoire, ce qui la rend difficilement leurrable. L'angle d'impact sur la cible est ajustable, et pour les tirs en BA, la bombe adopte une trajectoire en cloche. La munition permet un tir avec un dépointage jusqu'à 90°. Enfin, cette munition est sensée être à un prix très abordable, et permet au Rafale de frapper six cibles en une seule passe.

    Elle est très polyvalente, dans le sens où elle est d'emploi général, pour l'attaque au sol d'objectifs connus à l'avance, l'appui feu avec des cibles trouvées au radar, à l'OSF (aidé du télémètre) ou la L16, ou les missions anti-radar (SEAD) grâce à Spectra ou la L16. Pour une précision équivalente à une bombe à chute libre larguée dans de très bonnes conditions, l'AASM a l'avantage de ne pas contraindre l'avion tireur à se placer dans une situation délicate (défenses anti-aérienne...). Elle est certes un peu moins précise que les bombes à guidage laser, et ne peut pas attaquer de cibles mobiles avec le guidage INS/GPS, mais elle est parfaitement tire-et-oublie, multi-cible, et tout temps.

    Par ailleurs, le problème de la précision sera rectifié avec un kit de précision métrique basé sur un imageur infrarouge capable de reconnaitre sa cible grâce à une image de référence.

    D'autres versions du kit ont été envisagées, par exemple le guidage TV, ou encore anti-radiations. Toujours est-il qu'il est également prévu de concevoir des kits pour des bombes plus lourdes (Mk83 de 480kg, Mk84 de 1000kg,...).


Il existe aussi un support pour 3 bombes, permettant au Rafale d'en emporter 6.


5) Le Scalp

    Le Scalp est un missile de croisière de 1300kg d'une portée de plus 250km (400km tiré en altitude). Descendant du Apache (missile anti-piste/pourrissement de zone), il en reprend la plupart des éléments : furtif, centrale inertielle, GPS, radio-altimètre, reconnaissance automatique de la cible, trajectoire rasante... Sauf qu'à la place des sous-munitions, il emporte une charge militaire de 400kg avec pénétrateur. Il est capable de naviguer avec ou sans le GPS, peut faire le tour de la cible pour tromper les défenses, avant de frapper.

    Bien que l'arme soit de type tactique, en France, elle est considérée d'ordre stratégique, et son emploi dépend des plus hautes autorités.

    A l'avenir, on pourrait voir des Scalp dont la charge a été remplacée en fonction de la cible. En tout cas, une version anti-navire est à l'étude (celle-ci ayant un corps cylindrique au lieu de trapézoïdal).


6) L'Exocet Mk3

    L'Exocet (AM-39) est un missile anti-navire d'une portée de 60 à 70km. Il pèse 670kg, et utilise une charge explosive à fragmentation de 165kg suffisante pour mettre hors d'état une frégate ou un destroyer. Il utilise un radar actif dont les régulières mises à niveau sont très résistantes au brouillage et leurrage. Volant à quelques mètres des vagues en haut subsonique, il a recourt à diverses techniques visant à tromper la cible, telles que les fausses trajectoires.


7) L'ASMP-A

    L'ASMP (Air-Sol Moyenne Portée) est le missile de dissuasion nucléaire aéroporté français. Il a volé sur les Mirage IV, sur les Mirage 2000 D et Super Etendard. Le Rafale emporte l'ASMP-A qui est une amélioration de l'ASMP classique. Cette nouvelle version, pesant 840kg, a une portée de plus de 600km, est furtive et relativement manœuvrante. Par exemple, elle a une trajectoire programmable en zig-zag et autres feintes. Sa vitesse maximale est de mach2.5.


8) Nacelle Reco-NG

    La nacelle Reco-NG pèse 920kg. Elle apporte au Rafale des capacités de reconnaissance HA et BA, jour et nuit, et malgré des météo pas forcément favorables, grâce à deux capteurs :

    Avec ces deux capteurs, un Rafale peut survoler de haut une zone particulière et y faire un passage très rapide à basse altitude des fois qu'une activité suspecte serait repérée, pour prendre des images très précises. Les données récoltées (photos numériques) peuvent être traitées immédiatement par le NOSA (Navigateur Officier Système d'Armes) de l'avion, avant éventuelle retransmission à d'autres avions pour attaque dans les minutes qui suivent.
La nacelle est qualifiée pour le vol jusqu'à mach1.4 au moins, et son impact sur les performances de l'avion est faible.


9) Nacelle Damocles

    La nacelle Damocles n'est pas destinée au Rafale. Toutefois, pour l'utilisation de bombes à guidage laser pour l'export, elle est ce qui est de plus moderne proposé en France. La portée de son capteur bi-bandes est de 70km et de plus, le grand débattement de son capteur complète l'OSF là où celui-ci perd le champ pendant les manœuvres. Cette nacelle est compatible avec les bombes GBU-24 de 1000kg à kit Paveway 3 dont la portée peut atteindre 50km.

    Cette nacelle possède également un FLIR dans le pylone, qui pourrait être utilisé avantageusement à la place de l'OSF (lui rendant sa fonction de veille).


10) Nacelle Buddy-Buddy

    Dans le cas très particulier de la Marine, le cadre des missions d'un porte-avion ne permettant pas toujours qu'un tel avion soit disponible dans la zone en question, le Rafale peut emporter une nacelle de ravitaillement en vol. Celle-ci a été utilisée dans des vitesses entre 280 et 350 nœuds, jusqu'à 20 000 pieds, et permet un transfert à 530 litres par minute.


11) Réservoirs supplémentaires

    Afin de porter les armes à des distances lointaines, le Rafale peut être équipé de différents types de réservoirs supplémentaires largables : 1250 litres, ou 2000 litres. Si les 1250l sont emportables sur n'importe laquelle des 5 stations humides, les 2000l sont restreints au fuselage central, et l'intérieur des ailes.

    Pour l'exportation, il n'était parfois pas admissible de sacrifier des points d'emport pour le carburant, et pour cela, Dassault a conçu des réservoirs conformes, se montant au dessus et de part et d'autre du fuselage de l'avion. Chacun de ces réservoirs ajoutent 1150 litres de carburant aux 6000 litres internes. Leur impact sur les performances de l'avion est négligeable, grâce à leur forme soignée.


Le Rafale B01, avec réservoirs conformes, trois réservoirs de 2000L et deux missiles Scalp/Apache (photo Dassault Aviation)


12) Avenir

    La loi de programmation militaire prévoit l'emploi d'une nacelle de brouillage de puissance. L'avion deviendra ainsi à même de gérer des missions jusque là réservées aux EA-6 Prowler et EA-18 G Growler américains.

    Afin de soigner la furtivité de l'avion, Dassault envisage d'emporter, dans le futur, certaines armes à l'intérieur de coques furtives éjectées avant le tir. Dans le même but, les missiles pourraient être emportés dans ces nacelles furtives, en tubes...




F/ Intégration totale et SNA

Retour Index